L’Amicale des Alsaciens de Côte d’Ivoire à l’honneur – LFCI N°37 du 10/03/2022

L’Amicale des Alsaciens de Côte d’Ivoire à l’honneur – LFCI N°37 du 10/03/2022

Interview de Anne Catherine Claude, Présidente de l’Amicale des Alsaciens de Côte d’Ivoire La LFCI : En quelques mots qu’est-ce que L’Amicale des Alsaciens en Côte d’Ivoire ? ACC : Depuis longtemps dans beaucoup de pays du monde, les Alsaciens aiment se retrouver et cultiver leur spécificité au sein de la communauté française à laquelle ils appartiennent. En

Interview de Anne Catherine Claude, Présidente de l’Amicale des Alsaciens de Côte d’Ivoire

La LFCI : En quelques mots qu’est-ce que L’Amicale des Alsaciens en Côte d’Ivoire ?

ACC : Depuis longtemps dans beaucoup de pays du monde, les Alsaciens aiment se retrouver et cultiver leur spécificité au sein de la communauté française à laquelle ils appartiennent. En Côte d’Ivoire, l’Amicale compte 36 familles adhérentes. Nous nous réunissons chaque 3e dimanche du mois pour notre traditionnel Stammtisch dans un restaurant d’Abidjan. En Alsace le Stammtisch, c’est en quelque sorte la table des habitués que l’on réserve à intervalle régulier pour se voir, discuter, faire le point, échanger, en un mot faire vivre la proximité et l’amitié. C’est dans cet esprit que les Alsaciens qui vivent en Côte d’Ivoire se réunissent. Nous organisons également la Saint Nicolas début décembre, qui est l’occasion de transposer un peu de cette magie de Noël en Alsace vers la Côte d’Ivoire, le temps d’un après-midi et d’une soirée.

La LFCI : Pourquoi une amicale régionale française en Côte d’Ivoire ?

ACC : Notre appartenance à l’Alsace n’est pas identitaire au sens étroit du terme. Adhèrent à l’association tous ceux (et toutes celles, bien sûr) qui se sentent une affinité avec cette région. Qu’ils y soient nés, qu’ils y aient fait leurs études, qu’ils y aient vécus quelques temps, bref toutes les personnes qui ont goûté à cet art de vivre alsacien et qui souhaitent le partager. Dans l’amicale il y a des Français mais aussi des Ivoiriens qui se sentent une forme de proximité avec l’Alsace. Nous nous approprions complètement à notre échelon local, ce vieux principe républicain du droit du sol : est Alsacien celui qui se sent et veut l’être.

La LFCI : Quelle est cet art de vivre alsacien que vous voulez promouvoir et partager ?

ACC : La convivialité, la culture, la gastronomie, la solidarité, l’interculturalité.

La LFCI : Vous êtes également au CA de Français du monde, pourquoi ?

ACC : J’adhère aux principes de Français du monde qui finalement ont les mêmes buts que ceux de l’Amicale. Cette dernière est apolitique au sens partisan du terme, Fdm aussi mais elle s’inscrit clairement dans la famille politique de gauche. C’est un choix personnel qui m’a fait m’investir aussi dans Fdm où je n’engage pas l’Amicale. Une double appartenance, en quelque sorte…

La LFCI : Vos relations avec les autres amicales régionales en CI ?

ACC : Excellentes, nous avons même organisé un évènement gastronomique commun le 12 novembre dernier avec l’associations des Antillais et Guyanais de Côte d’Ivoire (AAGCI) et avec celle des Bretons. C’est dire. Chaque association a son histoire en CI et sa sociologie propre mais les associations ont en commun cette volonté de convivialité ouverte autour de valeurs partagées. L’AAGCI est une des plus anciennes associations de Côte d’Ivoire créée en 1955 avant l’indépendance, elle regroupait les fonctionnaires antillais et des professions libérales, qui avaient fait souche. La sociologie des Bretons est plus liée aux activités économiques françaises en Côte d’Ivoire

La LFCI : Vos projets ?

ACC : Nous avons engagé le processus de déclaration d’association en Côte d’Ivoire pour nous permettre de développer nos moyens et nos ressources. Au-delà, élargir le cercle des familles adhérentes et promouvoir l’Amicale avec ses valeurs et…la défense de la gastronomie alsacienne, bien évidemment !

Pour rejoindre l’amicale : alsaciens.ci@gmail.com

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

1 Commentaire