Message des Ă©vèques de France aux catholiques et à tous nos concitoyens

MESSAGE DES ÉVÊQUES DE FRANCE AUX CATHOLIQUES ET À TOUS NOS CONCITOYENS.

NOTRE PAYS, AVEC DE NOMBREUX AUTRES, TRAVERSE UNE GRANDE ÉPREUVE. LE CHEF DE L’ÉTAT NOUS APPELLE À LAISSER DE CĂ”TÉ NOS DIVISIONS ET À VIVRE CE TEMPS DANS LA FRATERNITÉ. C’EST POURQUOI NOUS AVONS VOULU QUE CE MESSAGE DESTINÉ EN PREMIER LIEU AUX CATHOLIQUES S’ADRESSE AUSSI À TOUS NOS CONCITOYENS SANS DISTINCTION.

NOUS LE FAISONS DANS UN ESPRIT D’HUMILITÉ, MAIS AVEC LA CERTITUDE QUE LA FOI CHRÉTIENNE A UNE MISSION SPÉCIFIQUE DANS CE MONDE ET QU’ELLE NE DOIT PAS S’Y DÉROBER. NOUS PENSONS AUSSI À TOUS CEUX ET CELLES QUI PARTAGENT AVEC NOUS LA FOI EN DIEU ET LA CONVICTION QU’IL ACCOMPAGNE NOTRE VIE. NOUS PENSONS ENFIN À TOUS CEUX ET CELLES QUI NE CROIENT PAS MAIS SOUHAITENT QUE LA SOLIDARITÉ ET L’ESPRIT DE SERVICE S’ACCROISSENT ENTRE LES HOMMES. 

À TOUS, NOUS DISONS NOTRE DÉSIR QUE NOTRE COMMUNAUTÉ NATIONALE SORTE GRANDIE DE CETTE ÉPREUVE. DEPUIS BIEN DES ANNÉES DÉJÀ NOTRE HUMANITÉ A L’INTUITION QU’ELLE DOIT CHANGER RADICALEMENT SA MANIÈRE DE VIVRE. LA CRISE ÉCOLOGIQUE NOUS LE RAPPELLE SANS CESSE, MAIS LA DÉTERMINATION A FAIT LARGEMENT DÉFAUT JUSQU’ICI POUR PRENDRE ENSEMBLE LES DÉCISIONS QUI S’IMPOSENT ET POUR S’Y TENIR. OSONS LE DIRE, L’ÉGOÏSME, L’INDIVIDUALISME, LA RECHERCHE DU PROFIT, LE CONSUMÉRISME OUTRANCIER METTENT À MAL NOTRE SOLIDARITÉ. NOUS AVONS LE DROIT D’ESPÉRER QUE CE QUE NOUS VIVONS EN CE MOMENT CONVAINCRA LE PLUS GRAND NOMBRE, QU’IL NE FAUT PLUS DIFFÉRER LES CHANGEMENTS QUI S’IMPOSENT : ALORS, CE DRAME PORTEUR D’ANGOISSE N’AURA PAS ÉTÉ TRAVERSÉ EN VAIN.

LE MERCREDI 25 MARS, À 19H30

UN PEU PARTOUT EN FRANCE, LES CLOCHES DE TOUTES LES ÉGLISES SONNERONT PENDANT DIX MINUTES, NON POUR APPELER LES FIDÈLES À S’Y RENDRE, MAIS POUR MANIFESTER NOTRE FRATERNITÉ ET NOTRE ESPOIR COMMUN. 

ELLES SONNERONT COMME ELLES ONT SONNÉ AUX GRANDES HEURES DE NOTRE HISTOIRE, LA LIBÉRATION PAR EXEMPLE. EN RÉPONSE À CE SIGNE D’ESPOIR, NOUS INVITONS TOUS CEUX QUI LE VOUDRONT À ALLUMER DES BOUGIES À LEUR FENÊTRE. CE GESTE, QUI EST DE TRADITION DANS LA VILLE DE LYON, EST UN SIGNE D’ESPÉRANCE QUI TRANSCENDE LES CONVICTIONS PARTICULIÈRES : CELUI DE LA LUMIÈRE QUI BRILLE DANS LES TÉNÈBRES !

CE QUI SUIT S’ADRESSE MAINTENANT AUX CATHOLIQUES. 

Mercredi 25 mars, nous fêterons l’Annonciation du Seigneur. Elle eut lieu à Nazareth, chez une jeune fille, Marie. Dans sa maison, le Ciel rencontre la terre ; dans sa maison, le salut du monde est conçu ; dans sa maison, une joie nouvelle apparaĂ®t, la joie de l’Évangile, une joie pour le monde : «Car rien n’est impossible à Dieu» (Lc 1, 37).

Cette annĂ©e, sans l’avoir voulu, nous fêterons l’Annonciation, confinĂ©s, dans nos maisons ! Pouvons-nous cĂ©lĂ©brer cette fête plus en vĂ©ritĂ©, plus intensĂ©ment, plus en communion? 

Quand les cloches sonneront, le 25 mars, à 19h30, que chaque disciple de JĂ©sus, dans sa maison, ouvre sa Bible (ou son ordinateur) et lise, seul ou en famille, le rĂ©cit de l’Annonciation, dans l’Évangile selon saint Luc, chapitre 1, versets 26 à 38. Et qu’au même moment chaque maison allume une ou plusieurs bougies, à sa fenêtre, pour dire son espĂ©rance et conforter celle de ses voisins. 

Nous prierons en communion par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie en nous unissant au chapelet rĂ©citĂ©, à Lourdes, chaque jour à 15h30. Nous demanderons à Marie de nous protĂ©ger et de nous aider à mieux accueillir JĂ©sus dans nos maisons, dans nos cœurs, dans nos vies comme elle l’a fait elle-même pour nous : «Que tout m’advienne selon ta parole» (Lc 1, 38) – [1re dizaine]. 

Nous confierons à Marie qui devient Mère du Sauveur et qui deviendra notre Mère, nos frères et sœurs malades, nos frères et sœurs soignants, notre communautĂ© humaine Ă©prouvĂ©e. Nous lui dirons que nous voulons les aimer comme nous aimons JĂ©sus, «le fruit bĂ©ni de ses entrailles» (cf. Lc 1, 42), Lui qui a pris sur lui nos souffrances et nos pĂ©chĂ©s [2e dizaine]. 

Nous pourrons aussi confier nos craintes et nos doutes à celle qui fut toute bouleversĂ©e et s’interrogea : «Comment cela va-t-il se faire ?» (Lc 1, 34). La peur d’une vie remise à Dieu, diffĂ©rente de celle dont nous rêvons, rejoint la peur de la mort. Marie la connaĂ®t de l’intĂ©rieur et nous pouvons lui dire sans cesse : «Prie pour nous, pauvres pĂ©cheurs, maintenant et à l’heure de notre mort», comme l’Église nous l’a appris [3e dizaine].

Enfin, poussĂ©s par l’Esprit, nous pourrons dire à JĂ©sus : «GuĂ©ris-nous !» Nous ne savons pas quelle sera la rĂ©ponse sinon que, dans quelques jours, nous fêterons la passion, la mort et la rĂ©surrection de JĂ©sus, le premier-nĂ© d’une multitude de frères qu’il fait entrer dans la vie de Dieu [4e dizaine.] 

[5e dizaine avec intentions particulières]. 

Ouvrir sa fenêtre, allumer une bougie est un geste de communion que nous voulons offrir à toute la nation pour qu’elle rende hommage aux dĂ©funts, victimes du Covid19, et aussi à ceux qui donnent de l’espoir, soignants, autoritĂ©s mais aussi famille, amis, voisins. 

C’est pourquoi nous vous demandons de relayer ce message très largement autour de vous, par tous les moyens autorisĂ©s à votre disposition! 

LES ÉVÊQUES DE FRANCE

Le fichier du message à tĂ©lĂ©chargĂ© ici


 

Télécharger le document : Affichette COVID 2.pdf